Baernos, mon amour [ libre ]
 :: Les terres :: Centre :: Baernos

Sentinelle
avatar
Novas : 61
Présentation : [URL=...]Présentation[/URL]
Messages : 12
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Mar - 22:47
Je n'avais pas revu la capitale depuis bien longtemps. Possiblement depuis le jour ou j'avais quitté ma famille, il y a déjà quelques années. Je n'avais pas non plus ressenti le besoin d'y revenir depuis, mais aujourd'hui , un certaine nostalgie me ramena sur les lieux qui m'avaient vu grandir. Il y avait eu énormément de changements pendant mon abscence ; des dizaines de gardes armés jusqu'aux dents fendaient les foules, les cervidés ne se promenaient plus avec autant d'insouciance qu'à l'époque, les renards étaient moins nombreux et semblaient plus chétifs, sur les nerfs, et surtout, l'odeur d'une peur muette emplissait désormais mes narines. L'ombre des loups planait sur la belle capitale.

Capitale où je n'étais en théorie pas le bienvenue, moi, paria, traître, solitaire. Fort heureusement, dans cette marée d'âmes, je n'étais qu'un inconnu parmi les inconnus. Je me fondais sans problème dans cette masse dont je connaissais les us et coutumes pour en avoir un jour fait parti intégrante. Je pouvais ainsi flâner devant les étalages, évitant les sabots et frôlant les fourrures des honnêtes citoyens.


Guérisseur
avatar
Novas : 78
DC : Astral, Marmoreus
Messages : 78

Feuille de personnage
Armures équipées:
Armes équipées:
PV:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Mar - 18:52

Baernos, mon amour
RP LIBRE


Laios allait bientôt quitter la région afin de s'éloigner un peu plus du territoire des loups, mais avait décidé de faire un dernier tour dans la capitale avant de partir. Il passa donc à nouveau la grande porte d'entrée, toujours aussi bien gardée et surveillée. Les gardes le regardaient passer, impassibles et immobiles, presque invisibles, et pourtant ils étaient bien là, prêt à agir, surveillant chaque allée et venue, interceptant chaque suspect. Leur regard froid et dur provoquaient des frissons au daguet, qui détourna donc les yeux et continua sa route, s’engouffrant dans la foule. L'atmosphère était assez tendue, et pourtant certains s'amusaient encore, dansaient et chantaient au rythme d'une musique jouée par un petit groupe au coin de la rue. La vie continuait son cours malgré la peur et les tensions.

Le bruit de ses sabots résonnait sur le chemin de pavés, mêlés aux centaines d'autres des passants. La tête dans les nuages comme toujours, le jeune cerf regardait les enseignes des magasins, lisait les noms sur les portes des habitations... Il semblait s'isoler, perdu dans sa bulle, tout en prêtant attention à ce qui l'entourait. Mais pas à où il posait les pattes.

Il n'avait pas vu la marche qui descendait devant lui, et eût l'impression de tomber dans un précipice alors qu'il cherchait à poser son sabot. Il roula en poussant un cri d'effroi et de surprise, alors que le monde autour de lui semblait disparaître dans un tourbillon, quand tout se stoppa net. Tout le monde le regardait, surprit, des gardes, alertés par son cri, avait fait irruption avant de voir avec soulagement que tout le monde allait bien. Des éclats de rires commençaient à s'élever et à envahir la foule, tandis que certains continuaient leur route comme s'il ne s'était rien passé, visiblement pressés. Laios avait honte et baissa la tête, rougissant sous ses poils, mais se releva tranquillement et souriant. Au moins, pensa-t-il, j'aurais fait rire des gens aujourd'hui !

Le guérisseur n'avait pas peur du ridicule et s'enjouait d'amuser son entourage, leur permettant de penser à autres chose que cette misérable guerre et ce dur hiver. Il voulait réchauffer les cœurs, même s'il devait se couvrir de honte un instant. Après tout, voir la joie et la bonne humeur autour de lui le rendait plus qu'heureux. Il ramassa sa sacoche qui l'avait abandonné dans sa chute et regardait autour de lui, admirant les sourires avec allégresse.


Sentinelle
avatar
Novas : 61
Présentation : [URL=...]Présentation[/URL]
Messages : 12
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Mar - 19:22
J'observais, sourire aux lèvres, les marchandises d'un petit commerçant vendant armes et protections, pensant à me procurer une dague ou bien une armure légère, bien utile en ces temps d'insécurité. Mais l'argent me manquait, tout était trop cher pour moi, pour l'instant. Alors je passais à l'étalage suivant, tenue par une grande biche qui vendait divers légumes. Ce devait être si simple de se nourrir pour un herbivore ! Ni traque ni sang, la nourriture ne peut pas s'enfuir, n'a pas d'instinct de survie.
Alors que je suivais le fil de mes pensées, un cri de détresse résonna derrière moi, me faisant faire volte face. Un cerf visiblement très jeune venait de faire une chute, que je n'avais pas vu mais qui avait du être vraisemblablement très drôle, à en juger les rires de la foule. J'allai m'approcher pour l'aider à se relever mais deux gardes s'approchèrent, me coupant dans mon élan. Je jouais avec le feu en étant ici et je m'en amusais beaucoup, mais j'évitais tout de même de trop m'approcher des gardes, dangereux représentants de l'ordre et de l'autorité.

Une fois la menace disparue et la foule dissipée, j'osais enfin m'approcher du jeune qui semblait avoir bien vécu sa petite chute.

- Ça va aller ?

Je marchais doucement à sa rencontre, lui laissant le temps de voir d'où provenait la voix qui s'adressait à lui.

- Vous ne vous étés pas fait mal ?


Guérisseur
avatar
Novas : 78
DC : Astral, Marmoreus
Messages : 78

Feuille de personnage
Armures équipées:
Armes équipées:
PV:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Mar - 19:40

Baernos, mon amour
RP LIBRE


Étirant ses membres endoloris et s'apprêtant à remettre sa sacoche à l'épaule, Laios entendit une voix l'interpeller. Il se retourna, cherchant la provenance de la voix, et vit un renard venir à sa rencontre, lui demandant si tout allait bien.

- Oh, merci mais ne vous en faites pas ! Tout va bien ! J'ai l'habitude !

Bombant le torse et souriant, il répondait avec enjouement, comme à chaque fois qu'un inconnu lui adressait la parole. Il remettait sa sacoche en place avec quelques difficultés, la farfouillant dans tous les sens, avant de réaliser qu'il l'avait remise à l'envers.

- Oh ! Suis-je bête !

Souriant naïvement, il la retira puis la remis de nouveau en place, avant de tourner le regard de nouveau vers le renard. Il s'approcha d'un bond, tendis le sabot et annonça avec joie :

- Je m'appelle Laios ! Et toi ?

Le guérisseur se rendit compte trop tard qu'il avait soudainement tutoyé l'inconnu. Tant pis. Si ce dernier n'approuvait pas, il le lu dirait, et Laios ne le fera plus. S'il n'oublie pas.


Sentinelle
avatar
Novas : 61
Présentation : [URL=...]Présentation[/URL]
Messages : 12
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Mar - 22:03
Je ne pu m'empêcher de sourire devant cette innocence et joie de vivre presque enfantine, espérant que la guerre épargne cette âme sympathique. Je l'enviais un peu : les années passées m'avaient inévitablement  enlevé ce bonheur naturel, et du haut de mes quatre printemps, j'approchais la moitié de mon existence. Sacré coup de vieux !

- Je m'appelle Laios ! Et toi ?

J'attrapais le sabot qu'il me tendait avait un sourire chaleureux avant de lui répondre :

- Je m'appelle Khan ! Ravi de faire votre connaissance.

Je scrutais la capitale, les allées et venues de ses citoyens pressés. Comment avoir peur du loup en voyant ce spectacle ? S'ils ont gagné une bataille, c'est seulement grâce à l'effet de surprise. Ils n'auront, je le pensais sincèrement, jamais Baernos. Malgré la peur ambiante, on pouvait garder confiance.

- La ville est belle, vous ne trouvez pas ? Grande et forte, elle témoigne à merveille de la puissance du royaume.


Guérisseur
avatar
Novas : 78
DC : Astral, Marmoreus
Messages : 78

Feuille de personnage
Armures équipées:
Armes équipées:
PV:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Mar - 18:30

Baernos, mon amour
RP LIBRE


Le renard, souriant chaleureusement, lui attrapa le sabot et se présenta à son tour. Khan. Le cerf se répéta le nom mentalement afin de s'en souvenir. Ca lui ferait toujours un ami en plus. Car oui, il considérait déjà Khan comme son ami, peu importe si c'était réciproque ou non. Le canidé contempla la grande ville, une certaine fierté et confiance pouvant se lire dans son regard. Pensif, il admirait la capitale, rapidement imité par Laios, avant de déclarer :

- La ville est belle, vous ne trouvez pas ? Grande et forte, elle témoigne à merveille de la puissance du royaume.

Laios tournait aussitôt la tête vers Khan. Il était impressionné par les mots que le renard employait, bien qu'ils ne soient pas si soutenus. Il faut dire que le daguet est facilement impressionnable, notamment lorsqu'il s'agit de s'exprimer -ou de pouvoir retenir beaucoup de choses à la fois. Maintenant qu'il y pensait, il se dit qu'il devrait s'intéresser aux études des lettres, peut-être saura-t-il s'exprimer de la sorte lui aussi. Et au fond de lui, il a toujours été fasciné par les mots...

Le guérisseur réalisa qu'il n'avait toujours pas répondu au renard, et qu'il s'était perdu dans ses pensées, toujours regardant son ami avec le même air impressionné, comme s'il avait été figé. Il secoua la tête et rétorqua :

- Oh, oui en effet ! Il faut dire que c'est la ville la plus vieille du royaume, la première ville construite par les cerfs il y a des millénaires ! Enfin, selon ce qu'on raconte...

Il regardait l'architecture autour de lui et nota que, malgré les nombreuses rénovations faites au fil des âges permettant aux édifices de tenir encore debout aujourd'hui, l'ensemble avait l'air assez ancien. Mais impossible de déterminer depuis quand. Il s'approcha du bâtiment à proximité de lui et, un sabot sous le menton et les yeux plissés, il étudia la bâtisse, tentant de définir son ancienneté. On aurait dit un inspecteur qui examinait une scène de crime, plutôt comique vu la situation. Il se retira finalement et déclara :

- Nope, impossible de savoir depuis quand ça date, je ne sais pas comment faisaient les architectes pour le deviner !

Il se tourna vers Khan, le regardant d'un air interrogateur. Quelques passants qui avaient assisté à la scène continuaient leur route, riant, sans doute touchés par la naïveté de Laios, et sûrement tout autant dépités.


Sentinelle
avatar
Novas : 61
Présentation : [URL=...]Présentation[/URL]
Messages : 12
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Avr - 9:57
Je ne pus m'empêcher de lui trouver un certain comique attendrissant. Il semblait être de ces personnes qu'on appréciait forcément si l'on gardait un part d'âme d'enfant, aussi infime soit-elle. J'étais certain d'en faire parti, même si je cachait le plus souvent mes envies et émotions, par méfiance, peut-être.

- Nope, impossible de savoir depuis quand ça date, je ne sais pas comment faisaient les architectes pour le deviner !

Je me rapprochais du daguet qui avait rejoint un mur à l'air fort ancien et le regardait comme s'il souhaitait sondait la pierre du regard. À mon approche, il se retourna et me lança un regard plein d'interrogations.

- Je n'en ai pas la moindre idée ! Si je croise un jour la route d'un architecte, je lui poserai la question et ne manquerai pas de vous faire parvenir la réponse.

Je lui offrait un de mes habituels sourires sympathiques quand une vive douleur me fit lâcher un glapissement. Un passant avait visiblement oublié de regarder où il posait ses sabots et m'avait marché sur la patte. Il ne s'était même pas retourné, le vil ! Disparu dans la foule aussi rapidement qu'il était apparu, il me laissait tout de même une patte en mauvais état en souvenir de son passage.
Bon, ce n'était sûrement pas cassé, fort heureusement, mais ça enflait déjà beaucoup trop à mon goût. Un sourire légèrement plus crime aux lèvres, je me tournais vers Laios.

- Il y a-t-il une chance pour que vous soyez guérisseur ?


Guérisseur
avatar
Novas : 78
DC : Astral, Marmoreus
Messages : 78

Feuille de personnage
Armures équipées:
Armes équipées:
PV:
100/100  (100/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Avr - 22:33

Baernos, mon amour
RP LIBRE


Khan s'approchait de Laios qui lui répondit :

- Je n'en ai pas la moindre idée ! Si je croise un jour la route d'un architecte, je lui poserai la question et ne manquerai pas de vous faire parvenir la réponse.

Laios répondit au sourire de son interlocuteur en souriant à son tour, lorsqu'un cri de douleur s'échappa du renard, faisant sursauter le jeune cerf. Laios ouvrit grand les yeux et fixa Khan, n'osant réagir. Ce dernier demanda finalement :

- Il y a-t-il une chance pour que vous soyez guérisseur ?

Les yeux du daguet s'illuminèrent et un grand sourire se dessina sur son visage. Son premier patient ! Il n'arrivait pas à y croire ! Sautillant, il annonça :

- C'est ton jour de chance ! Je suis sûr de pouvoir faire quelque chose !

Il sortit son livre de guérison et feuilleta les pages, tout en examinant la patte de Khan.

- Alors... ça n'a pas l'air cassé, mais pas mal abîmé, mais une feuille de chêne ou d'érable devrait suffire !

Laios trifouilla sa sacoche et sortit une feuille d'érable qu'il avait trouvé quelques heures auparavant. Une aubaine ! Il l'a maintenait entre ses dents, souriant, lorsqu'il se figea en regardant la patte du renard. Et maintenant ? C'était sa toute première fois, et la peur de mal faire les choses couplée à l'excitation de sa première expérience le mettait sous pression. Si bien qu'il en avait oublié comment se servir de sa feuille. D'un air peu sûr de lui et les sourcils froncés, il reprit son livre.


Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: